p-1-what-7-ceos-learned-from-hiring-their-husbands.jpg

Ce que 7 PDG ont appris de l’embauche de leur mari


Comme tout fondateur à succès le sait, il est essentiel d’avoir des employés qui vous respectent et soutiennent votre vision de l’entreprise. Mais quand est-ce une bonne idée de faire de votre conjoint une de ces personnes? Nous avons demandé à sept femmes entrepreneures dans une gamme d’entreprises de discuter des défis et des joies de l’embauche – et de travailler en étroite collaboration – avec leurs maris.

“Ses forces complètent mes faiblesses”

Mentor d’affaires et expert en copie Merel Kriegsman aide les entraîneurs et les fournisseurs de services en ligne à proposer des concerts cohérents et bien rémunérés. Elle est en affaires depuis un peu plus de trois ans et la croissance de son entreprise est impressionnante. Elle a réalisé 25 000 $ de revenus au cours de la première année, 180 000 $ la suivante et 500 000 $ l’an dernier. Alors que son entreprise prospérait, son mari, Keith, était à la recherche d’un emploi. Kriegsman a vu une opportunité. Non seulement Keith était son partenaire et son confident, mais il avait un talent pour ce qu’elle appelle les «trucs de fond». Pendant qu’elle fait des ventes et soutient ses clients, il gère les opérations quotidiennes et gère la gestion de l’argent.

Au début, Kriegsman dit qu’elle était une patronne inexpérimentée sans expérience de gestion, ce qui les a préparés à de nombreux combats. «J’étais bien trop critique, j’ai oublié de le complimenter et j’ai pris les tâches ménagères pour acquises», dit-elle. “Maintenant que nous avons les autres membres de l’équipe en place que nous aurions dû embaucher il y a un an, les choses vont beaucoup, beaucoup mieux. Maintenant, il ne fait que les tâches dans sa «zone de génie», au lieu de faire défaut de faire tout ce que je ne peux pas faire. »

https://www.youtube.com/watch?v=videoseries

Aujourd’hui, il est le directeur financier de l’entreprise et elle dit que l’expérience lui a appris la valeur de l’équilibre au sein de la relation. Elle lui donne les rênes en matière de décisions d’embauche et des logiciels qu’ils utilisent, et il respecte sa vision de l’entreprise. Cela s’applique dans et hors du bureau, et permet à tous les deux de savoir quand prendre les devants et quand prendre du recul. “Il ne s’agit pas d’être soumis; il s’agit de laisser l’autre plomb. Lui donner cet espace. En fin de compte, il s’agit d’amour. ”

«Je l’ai laissé faire son truc. Il me laisse faire le mien »

Winnie Sun ouvre une société de conseil en services financiers Sun Wealth Partners en 2000 dans le cadre de Smith Barney. En 2011, le cabinet est devenu indépendant. Sun semble avoir connu un succès considérable et ses actifs sous gestion totalisent jusqu’à 180 millions de dollars. Son mari, Tim, a travaillé comme ingénieur réseau de haut niveau pour Fortune 500 entreprises, alors quand est venu le temps d’embaucher un directeur technologique, Sun dit qu’il était le choix naturel. Cela avait du sens non seulement pour l’entreprise, mais pour leur vie de famille mouvementée, dit-elle. «Cela nous a donné l’occasion d’avoir quelqu’un en qui nous avons confiance pour gérer nos besoins en matière de technologie et de sécurité réseau, et cela lui a permis de mieux comprendre ce que je faisais tous les jours au bureau», dit-elle. “Cela nous a permis de le libérer de la routine informatique typique, et il peut également passer du temps avec nos enfants, qu’il aime.”

Bien qu’il soit techniquement sur sa liste de paie, Winnie dit qu’elle ne gère pas son mari parce que leurs rôles au sein de l’entreprise ne se chevauchent pas souvent. C’est comme ça qu’elle aime. “Je pense que c’est très important lorsque vous travaillez dans la même entreprise: il fait son truc, je fais le mien. Cela permet au reste de l’équipe de comprendre clairement à qui s’adresser pour quelles fonctions. »

“Cela m’a permis de me lancer dans la chasse”

Shelley Simpson, fondatrice et directrice artistique de Mud Australia, est passionné de porcelaine. Son entreprise vend des créations faites à la main qui présentent une esthétique minimaliste et une finition artisanale. Fondée en 1994, la marque a connu une croissance constante de 30% d’une année sur l’autre. Quand ils ont commencé, Simpson et son mari James avaient deux jeunes enfants, et il était plus logique pour lui de travailler pour Mud, plutôt que pour une autre entreprise. Elle dit qu’ils ont des compétences complémentaires et son expertise a considérablement contribué à leur mobilité ascendante. Il est en charge du marketing et du développement web.

Selon Simpson, l’un des plus grands avantages de travailler aux côtés de quelqu’un que vous connaissez si bien est de pouvoir exprimer ce que vous voulez dire d’une manière différente. «Puisque nous avons une relation personnelle, nous pouvons communiquer plus directement les uns avec les autres qu’avec les autres membres de l’équipe», dit-elle. «C’est un excellent moyen d’aller plus vite et efficacement au fond des choses.» Bien qu’ils réussissent bien à quitter le travail au bureau à la fin de la journée, Simpson dit qu’ils ont développé un équilibre efficace qui leur permet d’être partenaires, à tout moment.

“Ça m’a fait plus confiance en lui”

En 2013, Lais Pontes Greene a ouvert son agence de relations publiques, principalement axée sur la mode. Mais au fil des ans, elle a connu une croissance et des changements considérables, ce qui l’a amenée à se diversifier dans d’autres secteurs. La deuxième année, elle avait des clients dans 13 pays et Forbes l’a nommée l’une des 30 moins de 30 ans, grâce à ses campagnes révolutionnaires. Fin 2018, elle et son mari, Jason, avaient fondé EverGreene Creative, une agence de marketing numérique boutique qui couvre toutes les étapes du marketing. Ils travaillent ensemble depuis qu’ils se sont mariés et ont fondé leur famille. Jason dirige principalement l’acquisition de nouveaux clients, grâce à son expérience dans le secteur immobilier, et c’est sa capacité à se débattre dans le travail qui les a amenés à lancer EverGreene.

Alors que Greene dit qu’il y avait un peu de courbe d’apprentissage au début, l’un des plus grands avantages d’avoir son mari dans son équipe est de savoir comment cela a enrichi leur connexion, dit-elle. «Plus nous travaillions ensemble, plus je faisais confiance à mon mari pour l’aider dans différents aspects de l’entreprise. Travailler avec mon mari m’a appris qu’en tant que femme entrepreneur, il est vraiment important de communiquer avec les membres de votre équipe d’une manière qu’ils comprendront le mieux, sachant que différentes personnes ont besoin de méthodes différentes. »

“Ça m’a appris à laisser les autres diriger”

Annie Tevelin lance une entreprise de soins naturels SkinOwl en 2013. Depuis lors, le chiffre d’affaires de la société a augmenté de 200% d’une année sur l’autre, et l’équipe s’est étendue aux marchés internationaux, notamment à Hong Kong et en Australie. En 2018, la société a également décidé de lancer un podcast appelé Off the Record, mettant en évidence des invités influents de tous horizons pour partager leurs expériences de vie. Leur équipe est assez petite, mais Tevelin savait quand ils ont investi dans le podcast qu’elle aurait besoin d’un chef de l’exploitation pour intervenir. Mais pas n’importe quel chef de l’exploitation – elle voulait quelqu’un en qui elle «faisait implicitement confiance et [who] vraiment aimé la marque. ” Elle a trouvé cela chez son mari, Micah. En plus du podcast, il orchestre également leurs ateliers trimestriels et leurs dîners, Le projet du Parlement.

Même si jusqu’ici les choses se passent bien, Annie dit que si vous lui auriez demandé avant de se marier si jamais elle travaillait avec son mari, elle aurait ri. “Je suis une femme extrêmement indépendante et j’aime prendre les devants et faire bouger les choses », dit-elle. «J’ai réalisé au fil des ans l’importance d’embaucher les bonnes personnes qui croient en votre entreprise, sont fidèles, travaillent dur, croient en votre mission et sont amusantes à travailler avec. Mon mari a absolument satisfait à toutes ces exigences. »

La plus grande leçon pour Annie a été de lâcher le contrôle. «Laissez certaines choses imprévues», dit-elle. “Parfois, vous laissez simplement votre sens des affaires et vos tripes vous montrer le chemin, et tout ira bien.”

«Il soutient – et partage – ma passion»

La société de Nova Covington, Jardin de la déesse, crée des écrans solaires minéraux sans ingrédients qui pourraient nuire à la vie marine ou aux humains. Depuis qu’elle a fondé la gamme en 2004, elle s’est élargie pour proposer des produits de soin de la peau, d’aromathérapie et pour bébé. Les produits Goddess Garden se trouvent dans les magasins aux États-Unis et au Canada, y compris Whole Foods. Au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise, Covington a pu embaucher un vice-président des opérations. Elle dit que le MBA de son mari Paul et son expérience en tant que biochimiste ont facilité la décision. Cela a certainement aidé qu’il était tout aussi investi dans l’entreprise qu’elle: «Toutes nos meilleures idées proviennent de collaborations et de brainstormings impromptus entre nous deux», dit-elle. «Il y a des années, nous avons établi une règle pour ne pas parler de travail après 21 heures, que nous continuons de répéter encore et encore. Que puis-je dire? Les entrepreneurs sont obsédés. »

«Nous fonctionnons si bien en équipe»

Le blog d’Olivia Landau est finalement devenu une entreprise via TechStars appelée La coupe claire. Cette entreprise de diamants directe au consommateur a commencé comme un service de conciergerie de diamants permettant aux couples de créer des bagues de fiançailles sur mesure, mais s’est maintenant développée pour offrir une collection capsule de diamants de tous les jours. Récemment, ils ont atteint la barre du million de dollars de ventes cumulatives au cours du premier trimestre de 2019. L’équipe a réalisé une moyenne de près de 100% d’un trimestre à l’autre.

Landau a rencontré son mari Kyle alors qu’ils étudiaient tous les deux au Gemological Institute of America. Kyle avait fondé une société minière en Sierra Leone et en savait beaucoup sur le pays, mais peu sur les diamants. Lorsque l’épidémie d’Ebola a frappé le petit pays – et donc les affaires de Kyle – il est retourné aux États-Unis pour fréquenter l’université de Columbia. C’est à ce moment-là que les pièces ont commencé à tomber ensemble pour qu’elles fonctionnent ensemble.

Landau a créé un blog pour les amis et la famille afin de répondre aux questions fréquemment posées concernant les diamants, et comme de nombreux camarades de classe de Kyle le proposaient, il les a dirigés vers elle. «Je suis rapidement devenue joaillière privée non officielle de la Columbia Business School», dit-elle. «J’ai commencé à publier mes créations sur Instagram et mon compte a gagné en popularité. Bientôt, j’ai été submergé de demandes de bagues sur mesure de couples à travers le pays. »

Voyant une opportunité majeure, elle savait qu’elle avait besoin d’un coup de main supplémentaire pour l’aider à développer l’entreprise. Kyle a refusé un emploi à temps plein chez Goldman Sachs et est devenue son chef de l’exploitation. «Nous sommes capables de faire rebondir les idées les unes des autres et de résoudre les problèmes sous n’importe quel angle potentiel. Parce que je suis PDG et souvent préoccupée par la situation dans son ensemble, Kyle est en première ligne de la communication avec nos clients et des transactions quotidiennes », dit-elle. «Nous fonctionnons tous les deux en équipe et cela favorise un environnement de travail vraiment collaboratif qui se traduit par le reste de l’équipe. Il me permet de diriger et m’encourage à faire confiance à mon instinct, surtout lorsqu’il s’agit de prendre de grandes décisions ou de parler avec nos investisseurs. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles