poster-how-to-manage-when-you-are-the-youngest.jpg

Comment gérer une équipe lorsque vous êtes plus jeune que tout le monde


Bien qu’il ne s’agisse que d’un chiffre, l’âge peut modifier la dynamique de n’importe quelle équipe. Si vous êtes jeune et occupez un poste de direction, il est normal de craindre d’être perçu comme une figure d’autorité par ceux qui relèvent de vous. Il est important de définir des règles de base afin de vous assurer que vous atteignez les objectifs, progressez et créez un lieu de travail positif et inclusif.

Ici, les femmes cadres qui ont maîtrisé ce métier partagent leurs meilleurs conseils pour gérer avec succès une équipe lorsque vous êtes plus jeune que tout le monde:

Demandez à votre équipe d’intégrer ses expériences de vie dans son travail

Jennifer Parker, 40 ans, est directrice des recettes chez Nous payons, où elle supervise une organisation de plus de 60 personnes. L’âge moyen de ses subordonnés directs est de 49 ans, soit près de 10 ans de plus qu’elle. Le PDG, cependant, a dix ans de moins. Cela signifie jour après jour, elle évolue entre la perspective qui vient des professionnels du revenu chevronnés qui «connaissent l’industrie à fond» et la perspective de ce qu’elle appelle un «perturbateur de l’industrie» qui veut révolutionner les processus traditionnels.

“C’est un jeu d’équilibre, mais être à l’aise avec ce genre de tension est ce qui vous permet de devenir vraiment créatif”, explique Parker. Pour maîtriser cela, elle encourage les membres de son équipe à apporter leurs expériences de vie au bureau, qu’ils soient professionnels ou personnels. «Je veux créer un environnement où tout le monde se sent entendu», déclare Parker. «Ils veulent que leur patron entende leur opinion, mais reconnaisse également leur identité personnelle. En me penchant et en étant disposé à apprendre de mon équipe, cela m’a aidé à devenir un meilleur leader et mentor. »

Elle pense que cette diversité est essentielle à la croissance et au développement. «Si vous prenez le temps de créer une main-d’œuvre diversifiée, vous construisez une équipe qui ressemble au consommateur: différents âges, genres et préférences.»

Prioriser une vision partagée

À 28 ans, Colleen Costello est PDG et cofondatrice de Vital Vio. La majorité des membres de son équipe ont 35 ans, ce qui la rend sept ans plus jeune que ceux avec qui elle travaille quotidiennement. Pour Costello, ce qui lui importait lors de l’embauche, c’est que tout le monde avait une vision commune de l’entreprise.

“Il est important de définir une mission d’entreprise concrète et d’embaucher des personnes qui sont prêtes à se rallier derrière elle. Cela peut sembler évident, mais de nombreuses entreprises recrutent uniquement pour leurs compétences et leur expérience. Bien que ceux-ci soient importants, j’ai constaté qu’un candidat ne réussira que s’ils incarnent l’objectif final de notre entreprise », dit-elle. “Si un éventuel employé ne partage pas cette vision et notre capacité à le faire exactement, il manquera les principes directeurs du travail que nous effectuons et les dirigeants menant la charge.”

En plus de partir du même terrain de jeu, Costello croit également au pouvoir de la communication et explique à son équipe pourquoi chaque décision a été prise. Elle encourage également leurs opinions et leurs contributions, mais souligne l’importance de venir à la table avec des données pour étayer leurs idées. Puisqu’elle a toujours travaillé dans STEM, toute sa carrière a été basée sur les chiffres. “J’ai découvert que les décisions critiques ne peuvent pas être prises uniquement en fonction de l’âge ou de l’expérience, mais plutôt [they are] jumelé le mieux avec ce que les données nous montrent. “

Mettre l’accent sur le respect à double sens

Dans les équipes C-suite de Rachel Katzman, la moyenne d’âge est de 46 ans. Mais en tant que fondatrice de Beauté de la cuvée et le PDG de P.volve, Katzman a presque 20 ans de moins, à 27 ans. Cela signifie que Katzman bénéficie du leadership éclairé de la direction de ceux qui sont dans l’industrie depuis des décennies, mais connaît également son opportunité de changer les visions et de moderniser les perspectives. Elle appelle cette dynamique une mentalité de respect à double sens, et cela a été la clé de son succès. «Je suis très consciente du fait que je suis assise à la table avec des femmes fortes et très capables qui ont dirigé des entreprises dans le passé et qui ont vécu d’énormes succès et échecs», dit-elle. “Mais cela étant dit, il est important de s’assurer que tous les membres de l’ensemble des équipes sentent qu’ils ont une voix et qu’elle est entendue.”

Elle dit qu’elle le fait en instaurant un lieu de travail collaboratif et ouvert. Mais le dernier mot? Cela lui appartient. «Mon équipe sait que l’expérience est essentielle – la passion et la vision sont tout aussi importantes. Je veux seulement travailler avec des gens qui voient les deux côtés de cette puissante équation. J’insiste absolument sur le fait que je fais partie de chaque décision prise de manière créative avec mes deux entreprises », dit-elle. “Bien que j’écoute toujours différentes perspectives et que j’aime être mis au défi, je suis la dernière approbation pour tout travail créatif, et je ne prévois pas de changer cela de si tôt.”

Demandez conseil, restez positif et ne faites pas de microgestion

En tant que co-fondateur et CSO de KiiTO, Kendall Dreyer, 29 ans, travaille principalement avec son équipe de courtiers et de marchandisage composée de vétérans de l’industrie des aliments et des boissons, tous âgés d’environ 40 ans. Pour lancer le développement commercial ou pour recruter de nouveaux membres, elle commence par expliquer sa stratégie d’exécution. Cela permet aux débutants de comprendre son approche. Elle veille également à laisser de la place pour leurs conseils.

Surtout dans les domaines où elle n’a pas autant d’informations, comme les partenariats avec les détaillants, les opinions de son équipe sont primordiales. Afin de maintenir le moral et de s’assurer que les membres de son équipe de tous âges sont satisfaits, elle s’efforce également de souligner leur travail acharné. «Je fais savoir à mon équipe qu’ils font un excellent travail chaque fois que cela se justifie», dit-elle. “Célébrer leurs victoires pour l’entreprise et être reconnaissants de leur travail les rend finalement encore plus médités sur ce que nous construisons, ce qui se traduit par de meilleures performances.”

Enfin, elle a une règle stricte contre la microgestion. Surtout quand les gens sont plus âgés que vous, vous n’êtes rien de pire pour la productivité que le vol stationnaire. «Faites confiance à votre équipe et à leurs nombreuses années d’expérience», dit-elle. “Motivez votre équipe avec votre énergie positive et votre enthousiasme envers ce que vous construisez.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles