p-1-madefor.jpg

«La vie moderne est difficile»: le fondateur de Toms lance un kit de bien-être inspiré de ses propres luttes


Si vous avez déjà téléchargé une application pour suivre votre bien-être, bienvenue au club. Il y a plus que 250 000 applications mobiles de santé et de remise en forme sur le marché. Malheureusement, selon une récente sondage de Bond University, il n’y a pas beaucoup de preuves qu’ils obtiennent des résultats. Des recherches antérieures ont montré qu’environ un tiers des personnes abandonnent les trackers de fitness dans les six mois.

C’est l’une des raisons pour lesquelles Blake Mycoskie et Pat Dossett ont opté pour le low-tech avec leur nouveau service de boîte d’abonnement, Fait pour Faite pour sert pour sert à. Vous devez toujours vous connecter pour vous inscrire au programme de 10 mois, qui vise à développer des habitudes plus saines. Mais alors que Madefor se sent inspiré de la Silicon Valley, il n’y a pas d’application ou d’appareil complémentaire qui documente vos progrès.

Mycoskie, mieux connu comme le fondateur de Toms Shoes, dit que c’est par conception. “Il est difficile d’apprendre quelque chose de nouveau avec la distraction constante des notifications sur votre téléphone”, m’a dit l’affable de 43 ans lors d’un entretien téléphonique. Dossett, un ancien Navy SEAL, est plus direct: «Si quelqu’un a besoin de comprendre comment il se sent, s’il doit regarder quelque chose en dehors de lui comme un appareil ou un gadget, il a raté une étape critique sur la façon de créer l’intention et la sensibilisation pour générer ces avantages. “

Conçu pour les livres [Photo: courtesy of Madefor]

Les kits eux-mêmes sont organisés par thème, chaque boîte contenant un petit livre scientifique sur un sujet différent (comme le sommeil ou l’hydratation). La dernière littérature est accompagnée d’un outil physique (comme un sablier ou une bouteille d’eau calibrée) et des instructions pour un défi de 21 jours. Sur la ligne entre numérique et analogique, les abonnés Madefor ont également accès à une communauté privée d’autres participants afin qu’ils puissent échanger leurs expériences et rester responsables. Tout compte fait, le service coûte 750 $ pour l’année (ou 10 versements mensuels de 95 $).

Madefor est un concurrent de niche dans le 4,5 billions de dollars marché mondial du bien-être, mais pour Mycoskie, les enjeux étaient profondément personnels. Avec Toms, Mycoskie a construit une entreprise de vêtements plus de 600 millions de dollars avant l’effondrement du marché de détail américain. Il s’était développé dans les lunettes, le café, les sacs et même les bandes Apple Watch – tout en investissant de l’argent dans des causes philanthropiques, apportant de l’eau propre, des naissances plus sûres et une meilleure vision à des centaines de milliers de personnes à travers le monde.

Pourtant, ces initiatives ont conduit Mycoskie à se pousser à «cocher des cases», selon lui, la société était dictée pour désigner le succès. Finalement épuisé et épuisé, Mycoskie dit qu’il a utilisé ses ressources considérables pour rechercher les meilleurs professionnels de la santé pour le guider vers le bien-être.

En cours de route, il a découvert que certains principes de base – comme boire suffisamment d’eau et respirer correctement – étaient essentiels pour devenir son meilleur moi. Et si vous êtes le meilleur de vous-même, selon Mycoskie, vous contribuez à rendre le monde meilleur. En d’autres termes, “vous découvrez ce pour quoi vous êtes fait.”

Naturellement, Mycoskie et Dossett se sont mis à l’épreuve de leur propre régime d’autosoins. Pour sa part, Dossett dit que le mois consacré aux relations sociales a été particulièrement apprécié. Il admet que sa formation militaire lui a appris à valoriser ses coéquipiers, souvent à l’exclusion des autres. À travers le défi de s’engager consciemment avec tous ceux avec qui il est entré en contact, Dossett dit qu’il a appris que “chaque connexion peut être une source d’avantages”.

Si cela ressemble à une attention standard, Mycoskie est d’accord. L’objectif n’est pas de réinventer la roue, maintient-il, mais plutôt de rendre ces pratiques faciles à intégrer dans la vie active des gens. La différence cruciale est le type de consommateur et le style d’attention qu’il cible. Au lieu de vous forcer à vous engager avec votre smartphone – une source de stress pour beaucoup d’entre nous – Madefor vise à fournir les mêmes consommateurs qui ont passé 32 millions de dollars sur les applications mobiles d’autosoins rien qu’au premier trimestre 2018 avec une alternative IRL qui offre de vrais résultats.

S’engager dans le travail

Madefor a été lancé en version bêta en juin dernier avec 1 317 participants. De ce nombre, 95% sont toujours dans le programme à divers moments et 200 devraient obtenir leur diplôme à la fin de ce mois. Selon Mycoskie, “98% des participants sont invités à recevoir des SMS hebdomadaires, qui sont de doux encouragements de notre équipe.” Il dit que la majorité déclarent qu’ils se sentent bien dans le programme, mais note que le succès semble différent pour tout le monde.

«Les membres ont connecté les points d’une manière que nous n’aurions jamais pu imaginer, mais nous recueillons des données quantitatives et qualitatives pour mieux comprendre et servir nos membres tout au long de leur voyage de 10 mois», explique Mycoskie. Par exemple, plusieurs abonnés ont signalé une perte de poids même si aucune partie du programme ne vise à perdre du poids. Il croit que les habitudes plus saines promues dans les kits contribuent à une meilleure santé globale.

Et bien que Madefor ne suivra pas le modèle philanthropique original de Toms, achetez-en un, Mycoskie dit qu’il ne veut pas que le coût de 750 $ soit prohibitif. Des «bourses» seront disponibles pour les candidats en fonction des besoins. Cependant, les fondateurs sont convaincus que les participants ont «un peu de peau dans le jeu» pour les tenir responsables. S’ils sont sélectionnés, les boursiers peuvent choisir de payer le programme au prix coûtant, ou de payer l’expédition des kits. Si leur besoin est trop grand, ils peuvent l’obtenir gratuitement. «En tant que start-up et nouvelle entreprise, nous devons également savoir à qui nous offrons des bourses», explique Mycoskie. “Nous ne voulons pas le donner à quelqu’un qui n’est pas engagé à faire le travail.”

Et faire le travail est la fin du jeu, selon Mycoskie. Il n’y a pas de grand plan pour que les gens paient pour de nouvelles choses. En fait, il a avoué qu’il n’y avait que 10 kits parce qu’ils ne pouvaient pas proposer une année complète de pratiques qui, selon eux, changeraient vraiment leur vie.

«Si nous essayions de trouver des investisseurs, ils auraient tout à fait raison», explique Mycoskie, qui ajoute que Madefor est autofinancé. «Notre espoir est la transformation», dit-il, et que ceux qui terminent le programme «deviendront évangéliques» et inciteront les autres à s’inscrire.

“Ce qui m’excite”, se souvient Mycoskie, “c’est de créer quelque chose qui aide à changer la culture d’une manière positive.” Il cite le nombre record de personnes sous antidépresseurs, souffrant de solitude ou prenant des somnifères. Tous ces marqueurs indiquent que nous, les humains, souffrons. L’antidote, dit-il, est d’enseigner et de former les habitudes simples promues par Madefor. «La vie moderne est difficile», ajoute-t-il. Madefor “est l’occasion de [help] les gens se sentent mieux et vivent mieux. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles