p-1-how-to-build-emotional-intelligence-at-work.jpg

Le processus simple en 5 étapes pour créer des équipes émotionnellement intelligentes


Lors d’un récent atelier que j’ai dirigé, une dirigeante a déclaré qu’elle perdait son emprise sur son travail. Elle a commencé à prendre du retard sur ses tâches, à faire plus d’erreurs et à faire régulièrement des heures supplémentaires, ce qui l’a épuisée. Elle pensait que se pousser provenait de sa solide éthique de travail.

Ce problème n’est pas exclusif aux dirigeants. Apprendre à gérer ses compétences émotionnelles est une tâche ardue en cas de dépassement, d’anxiété, de dépression et d’incertitude membres du personnel de la peste. Avec le taux d’engagement global des employés assis à 15%, les managers doivent aider leur équipe à développer des compétences émotionnelles s’ils veulent que leur entreprise réussisse.

Pour lutter contre cette épidémie, j’ai développé un processus de recadrage en cinq étapes pour guider les gens à renforcer leurs compétences émotionnelles et à faire passer leur état d’esprit d’un état débordé à un état de calme. J’appelle ce processus CIRCA. En prévoyant 10 à 15 minutes dans chaque journée de travail pour dépanner, vous pouvez perturber le dépassement de capacité. Voici en quoi cela consiste.

1. Informations en morceaux

Regrouper aide les employés à briser l’écrasement qu’ils vivent. Ce processus implique la décomposition des informations en unités plus petites et plus faciles à traiter. La possession de blocs d’informations plus faciles à gérer peut réduire la charge cognitive.

Par exemple, si un coéquipier prend du retard ou produit un travail de mauvaise qualité, éloignez-le pour une réunion privée qui soulève des pressions quotidiennes au travail. Aidez cette personne à voir qu’elle pourrait essayer de faire trop de choses à la fois.

Un cadre supérieur m’a approché une fois parce qu’elle se sentait comme une mauvaise mère et un travailleur inférieur, mais elle ne voulait pas abandonner l’un ou l’autre rôle. Elle a dit que le travail l’avait submergée et qu’elle avait emporté ce stress avec elle. Cependant, lorsqu’elle a appris à répartir les tâches, elle se sentait moins chargée. Son cerveau, plutôt que de sonner l’alarme dont elle avait besoin pour achever un projet massif, était beaucoup plus calme. Elle savait qu’elle n’avait besoin d’en traiter qu’une partie dans un délai donné.

2. Ignorer le bavardage mental

Nous devons tous apprendre à ignorer le bavardage mental. Cela nécessite une compréhension de la façon d’être conscient. La pleine conscience aide le cerveau contrôler le dépassement émotionnel. Lorsqu’une personne réfléchit trop, le cerveau surchauffe et la vigilance l’aide à se refroidir.

Encouragez vos coéquipiers à réserver 5 à 15 minutes chaque jour fermer les yeux, assister à leur respiration et pratiquer à ramener leur attention à chaque respiration chaque fois que leur esprit vagabonde. Bien que cela puisse être difficile au début, l’exercice apportera de la sérénité au bavardage mental hyperactif.

3. Vérifier la réalité

Une vérification de la réalité nous oblige à analyser en utilisant le self-talk. Lorsque nous sommes confrontés à de mauvaises nouvelles ou à une échéance agressive, il est facile de se sentir comme si la situation allait durer éternellement.

Si un membre de l’équipe traverse une situation stressante, encouragez-le à se ramener sur Terre avec des déclarations de vérification de la réalité positives, telles que «Cela aussi passera». Langue à la troisième personne peut rendre cela plus efficace. Bien sûr, cela peut sembler idiot au début, mais prendre le temps de faire une pause et de recalibrer est bien mieux que de laisser le dépassement de taille croître.

4. Reconnaître ce que vous pouvez contrôler

L’étape de contrôle est similaire à une prière de sérénité. Il s’appuie sur la connaissance de ce qui peut ou ne peut pas être contrôlé, améliorer le bien-être. Pour mettre cela en œuvre sur le lieu de travail, apprendre à dire «non» aux gaspilleurs d’énergie est tout aussi important que de dire «oui» aux tâches critiques. Pour cette étape, motivez-vous et demandez aux autres de demander: «Comment puis-je abandonner des choses que je ne peux pas contrôler ou des choses qui gaspillent mon énergie?» Une approche pour trouver de telles réponses consiste à demander ce que l’on conseillerait à quelqu’un d’autre de faire dans la situation actuelle. Ce sens de l’objectivité peut accélérer les processus de pensée pour trouver des solutions en dehors de l’état d’esprit restrictif actuel.

5. Déplacer votre attention

L’attention implique que les individus doivent apprendre à se détacher des problèmes et à rechercher des solutions à la place. Quand nous sommes inquiets, c’est naturel de ruminer sur les choses. Cependant, il est possible d’apprendre à se désengager de l’inquiétude. Une façon de le faire est de désigner chaque jour des moments sans souci et d’encourager les autres à faire de même. Même prendre seulement 30 minutes pour sortir se promener nous aide à être dans un état d’esprit plus orienté vers la solution. Cette étape nous permet de nous détendre et, à son tour, de vider notre esprit des pensées qui influencent la paralysie de l’analyse.

En tant que leader, vous pouvez suivre ces cinq étapes et vous efforcer d’étouffer les employés dans l’œuf. Mener vos employés à travers ce processus ne les aidera pas seulement à mieux gérer le dépassement de leur vie. Cela libérera également leur esprit, renforcera leurs précieuses compétences émotionnelles et améliorera votre entreprise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles