p-1-school-closures-are-starting-and-theyll-have-far-reaching-economic-impacts.jpg

Les fermetures d’écoles commencent et auront des répercussions économiques de grande envergure


La NBA a annulé la saison jusqu’à nouvel ordre, il y a de nouvelles restrictions sur les voyages en provenance d’Europe, mais ce qui inquiète le plus de nombreux économistes, c’est le fait que les écoles commencent à fermer, y compris, plus récemment, l’ensemble du système scolaire public de l’Ohio.

Comme le nombre de les infections à coronavirus continuent d’augmenter, de nombreux établissements d’enseignement, y compris les collèges dans 15 États et le District de Columbia, ainsi que des écoles primaires et secondaires dans des endroits tels que New York, Etat de Washington, et Vancouver, Canada, sont passés à l’apprentissage en ligne, et d’autres devraient suivre dans les prochains jours. Alors que la fermeture des universités pèsera sans aucun doute sur l’économie locale – en particulier dans les villes universitaires – la fermeture des écoles élémentaires, intermédiaires et secondaires entraîne un effet domino encore plus dévastateur avec des implications économiques de grande envergure.

Lorsque les parents ou les tuteurs doivent rester à la maison pour s’occuper des enfants, des études montrent que l’économie risque de s’arrêter. Selon une étude réalisée en 2016 par la Brookings Institution, l’impact économique total estimé d’une fermeture de l’école de quatre semaines à Washington, D.C., est d’environ 65 millions de dollars, à New York, ce nombre grimpe à 1,1 milliard de dollars, et dans le comté de Los Angeles, il pourrait atteindre 1,5 milliard de dollars. L’étude prévoit également qu’une fermeture nationale de quatre semaines coûterait à l’économie entre 10,6 et 47,1 milliards de dollars, tandis qu’une fermeture de 12 semaines pourrait réduire le PIB national d’un point de pourcentage.

De nombreux Américains ne peuvent pas se permettre de manquer de travail

Si les écoles commencent à envoyer des enfants à la maison, les parents qui travaillent qui gagnent un salaire horaire, les parents seuls qui ne peuvent pas travailler à la maison et les propriétaires de petites entreprises seront les plus durement touchés. «Dès le départ, si vous fermez des écoles, une grande partie de la main-d’œuvre, par définition, devra rester à la maison, et cela aura des répercussions en cascade sur ce qui serait autrement une activité économique normale», explique Lakshman Achuthan, cofondateur du Institut de recherche sur le cycle économique.

Achuthan explique que si certains pourront travailler à domicile ou utiliser des congés payés, beaucoup vont être contraints à une situation qui les empêche de gagner un revenu. C’est une perspective dangereuse quand on considère que les travailleurs horaires sont également plus susceptibles de se retrouver parmi les 39% des Américains qui Avoir de la difficulté gérer une dépense d’urgence de 400 $.

«S’ils ne se présentent pas, il n’y a aucune raison claire pour laquelle ils seraient payés», explique Achuthan, ajoutant que les propriétaires de petites entreprises sont également vulnérables. “[Small business owners] ont tendance à ne pas être en mesure de payer les travailleurs sans générer des revenus grâce à la gestion de leur entreprise.

Plus les écoles restent ouvertes longtemps, plus le succès économique est important

Pour cette raison, les fermetures d’écoles sont considérées comme une mesure drastique entraînant des coûts initiaux importants pour les familles individuelles et l’économie dans son ensemble. Malgré ces coûts, Achuthan affirme que si des mesures drastiques sont prises plus tôt pour freiner la propagation de la maladie, le moindre impact du COVID-19 sur l’économie dans son ensemble.

“Aussi grand que soit l’impact de la fermeture de tout ce qui est maintenant – ce qui est important et très coûteux – ce serait encore plus grand si les choses devenaient incontrôlables”, dit-il. “Tout retard important dans cette tâche — en reconnaissant pleinement les coûts initiaux — nous sommes susceptibles de payer beaucoup plus sur la route.”

Achuthan ajoute qu’un soutien gouvernemental ciblé pourrait grandement atténuer le coup, citant la Corée du Sud à titre d’exemple. «Ce qu’ils ont fait, c’est cibler le soutien aux petites entreprises, afin qu’elles puissent continuer à payer leurs travailleurs, et elles ont ciblé le soutien à la prestation de soins aux enfants à la maison», dit-il. “C’est un travail en cours, mais d’autres décideurs des pays développés le font actuellement.”

Un test décisif économique

Non seulement les coûts initiaux ont un effet dissuasif sur les fermetures généralisées d’écoles, mais c’est aussi le signal qu’une mesure aussi radicale enverrait aux consommateurs, aux propriétaires d’entreprise et aux investisseurs. “[School closures] cela ne se fera pas isolément », explique Dean Baker, économiste principal à l’Université de l’Utah. “Si nous constatons davantage de fermetures d’écoles, cela signifie que de nombreux événements publics et entreprises connaissent de grands succès, et c’est une mauvaise histoire.”

Cette mauvaise histoire, explique Baker, se traduit par moins d’activité économique à tous les niveaux, allant de l’embauche à l’investissement à la disponibilité de capitaux.

Les fermetures d’écoles signifient souvent que la situation est devenue incontrôlable – comme on l’a vu récemment dans des endroits comme Seattle, New Rochelle, la Bay Area et le sud de la Californie – et les fermetures massives d’écoles pourraient avoir un impact significatif sur la confiance des consommateurs et, par extension, le marché plus largement.

À ce stade, le gouvernement fédéral n’a pas abordé la question de la fermeture massive des écoles et Baker ne s’attend pas à un mandat fédéral de si tôt.

“Traditionnellement, l’éducation est une affaire étatique et locale, donc l’administration Trump ne serait pas déraisonnable de dire qu’elle s’en remet aux États et aux villes”, dit-il. «Cela me surprendrait – à moins que nous ne voyions cette chose devenir vraiment énorme, ce que nous ne pouvons pas exclure – que nous voyions une sorte de directive du gouvernement fédéral que les écoles devraient être fermées.»

Intervention gouvernementale

Au lieu de cela, beaucoup espèrent que le gouvernement adoptera un projet de loi de dépenses destiné à soutenir ceux qui seront le plus durement touchés.

Démocrates a dévoilé un cadre pour les dépenses d’urgence mercredi qui seront mises aux voix aujourd’hui, et la semaine dernière, le président Trump signé une facture de 8,3 milliards de dollars pour les dépenses d’urgence en réponse à l’épidémie; mais la question de la perte de salaire due aux responsabilités de gardiennage reste à résoudre.

«Le Congrès pourrait résoudre ce problème en adoptant un projet de loi stipulant que nous garantirons votre chèque de paie si vous ne pouvez pas travailler», explique Chris Lafakis, directeur de Analyses de Moody. Selon Lafakis, cela pourrait avoir un impact significatif sur la confiance des consommateurs, qui, selon lui, est le fondement d’une économie qui fonctionne.

«Les fermetures d’écoles ne font que renforcer l’effondrement de la confiance, et la confiance est vraiment tout», dit-il. «La confiance est la différence entre une économie en expansion et une économie en récession. Le coronavirus a déjà fait beaucoup de tort à la confiance, et il ne fera qu’augmenter à mesure que davantage d’écoles fermeront. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles