p-1-new-business.jpg

Pourquoi devriez-vous créer une entreprise en 2020


À quand remonte la dernière fois que vous avez regardé Un conte du Bronx?

Ça faisait au moins 10 ans pour moi, mais je l’ai jeté l’autre jour alors que j’emballais des cartons pour déménager en ville. C’est brilliant. Si vous ne l’avez pas vu, c’est un film sur la venue d’un enfant qui grandit dans le Bronx.

Le gamin, Colagero, a deux options: le chemin droit et étroit que son père (Robert De Niro), un chauffeur de bus, a emprunté, ou une vie dans la mafia. Son père sent qu’il va dans la mauvaise direction et délivre une ligne que je n’ai pas pu secouer. “La chose la plus triste de la vie, c’est le talent gaspillé.”

Vous devriez créer une entreprise en 2020 pour de nombreuses raisons, mais Robert De Niro vous en donne la meilleure. Vous avez le talent et la possibilité de faire quelque chose de grand. Je vais vous donner un cadre et des tactiques pour réaliser ce potentiel.

Mais d’abord, parlons du côté mental du démarrage de quelque chose: les raisons pour lesquelles vous traînez les pieds dans vos idées de démarrage en premier lieu.

Ce n’est pas seulement vous. L’année dernière, 30% d’entreprises en moins commencé qu’en 1970.

Ce nombre est choquant. Malgré le «buzz» autour des startups et un accès sans précédent à des ressources bon marché et à des talents mondiaux, la création de nouvelles entreprises s’immobilise.

Moins de nouvelles entreprises sont un problème micro et un problème macro. Les nouvelles entreprises sont le moteur de l’économie, remplacent les anciennes entreprises en cas de défaillance, luttent contre l’automatisation, etc.

Alors pourquoi ces chiffres diminuent-ils?

J’ai travaillé en étroite collaboration avec quelques centaines de startups super Coffre à pêche au cours des cinq dernières années, les fondateurs ont décidé de quitter ou non leur emploi et de poursuivre leur idée de démarrage à temps plein. Deux tendances se sont dégagées. L’un est dans notre ADN. C’est nouveau. Vous devez connaître les deux.

Biais d’omission

Le biais d’omission est la tendance à se préoccuper davantage de faire quelque chose que de ne pas faire quelque chose. À la base, c’est une incompréhension fondamentale du risque. Voici comment nos cerveaux pensent par biais d’omission:

  • Si vous démarrez une startup et que ça se passe mal, vous imaginez que beaucoup de gens verront que ça s’est mal passé.
  • Si vous n’essayez pas une startup, cela ne peut pas aller mal, donc personne ne verra que ça s’est mal passé.

L’inconvénient potentiel est facile à visualiser et à redouter, tandis que l’avantage potentiel est plus difficile à saisir. Les humains surestiment les inconvénients potentiels et sous-estiment les avantages potentiels de la plupart des choses, en particulier celles qui sont inconfortables.

Le biais d’omission tue les startups et la créativité depuis des décennies, mais au cours de la dernière décennie, il a été suralimenté alors que l’échec devient plus public.

Le but d’une startup n’est pas de construire un produit. Le but d’une startup, en particulier dans les premiers stades, est d’arriver à la transparence. »

En 1970, si vous démarriez une entreprise qui échouait, une poignée d’amis et de membres de la famille pourraient en entendre parler. Maintenant, vos 1250 connexions LinkedIn, tout le monde sur Instagram, etc. le sauront. Le coût social est élevé. L’accès aux réseaux est génial pour les entrepreneurs mais terrible pour leur esprit.

J’avais l’habitude de simplement citer la citation de David Foster Wallace: “Vous cesserez de vous inquiéter de ce que les autres pensent de vous quand vous réaliserez à quel point ils le font rarement”, mais c’est un flic. La réalité est que de nouvelles entreprises prometteuses ne parviennent pas à se lancer, car il est beaucoup plus facile de visualiser les inconvénients d’une startup, et cet inconvénient est passé à 11 dans notre cerveau.

Nous avons besoin d’un système permettant aux entrepreneurs de créer des startups sans ces contraintes.

Produits de construction et modèles commerciaux

L’autre jour, j’ai eu une idée: j’ai eu plus facilement accès à la thérapie pour les personnes dans la vingtaine et la trentaine. Ce fondateur particulier construisait une plate-forme qui permettait aux clients et aux thérapeutes de créer chacun un profil avec quelques paramètres. Le marché les associerait, ou les patients pourraient rechercher les options.

Lorsque j’ai demandé pourquoi ce client en particulier n’avait pas encore trouvé de thérapeute, j’ai reçu des réponses du type: «On ne parlait pas à la génération Y avec une marque de confiance; C’était trop personnel pour Google et l’espoir; etc.” Ce ne sont pas nécessairement de mauvaises réponses, mais elles ne montrent pas une connaissance approfondie du problème du client. La thérapie est personnelle et ces réponses étaient au niveau de la surface.

Quand j’ai demandé pourquoi un marché était la meilleure solution, on m’a dit qu’il pouvait évoluer. Penser le modèle commercial dès le premier jour est incroyablement intelligent, mais le modèle commercial doit correspondre au produit, qui découle d’un besoin. Bien sûr, un marché est un produit souhaitable pour un entrepreneur, mais cela ne donnera pas envie aux clients.

J’espère que cette startup trouvera son chemin, mais le fondateur a une route difficile à parcourir.

L’erreur que ce fondateur a faite est celle que tant de fondateurs font et celle que vous devriez éviter en 2020. Le but d’une startup n’est pas de construire un produit. L’intérêt d’une startup, notamment dans les premiers stades, est d’arriver à la transparence; pour savoir exactement comment votre client interagit avec le problème que vous résolvez pour lui; pour comprendre à quel point ils se soucient réellement et évaluer s’ils sortiront de leur vie quotidienne pour essayer quelque chose de nouveau.

L’importance de la transparence

Vous n’obtiendrez pas le niveau de transparence dont vous avez besoin par accident. Vous ferez quelques entretiens avec les clients, puis vous embaucherez une boutique de développement pour vous construire un marché, car cela ressemble plus à du progrès. Ce n’est pas. Pour éviter cela, vous devez créer un système interne qui vous garde honnête, ce qui vous donne plus de commentaires afin que vous puissiez continuer à segmenter et à atterrir sur un client initial que vous pouvez servir mieux que quiconque.

Chez Tacklebox, nous appelons cela le «temps de cycle de test». C’est le temps qu’il vous faut pour valider quelque chose que vous pensez être vrai. C’est un processus inestimable à internaliser.

Ainsi, dans l’exemple ci-dessus, le fondateur pourrait commencer par dire “Je pense que les milléniaux veulent des thérapeutes.”

Commencez avec l’esprit que ce n’est probablement pas vrai. Les milléniaux qui n’ont pas encore de thérapeute ne veulent probablement pas de thérapeute. C’est leur travail de vous prouver qu’ils le font avant de construire quoi que ce soit.

  1. Recueillez des informations impartiales sur les actions des clients.
  2. Traitez tout comme une expérience où les actions de personnes qui pourraient être vos clients sont les seuls points de données qui comptent.
  3. Assurez-vous de minimiser la distance des clients pour concrétiser vos décisions. Chaque décision devrait être le résultat de quelque chose que vous avez vu se produire.
  4. Prenez une décision basée sur des points de données avec aussi peu d’informations anecdotiques que possible.
  5. Auditez les étapes 1 à 3 et «investissez dans l’échafaudage» pour réduire la prochaine série de tests.

L’objectif est de rendre ces tests bon marché, à la fois sur le plan cognitif et émotionnel. Vous devriez pouvoir formuler une hypothèse sur un client et la tester dans une semaine ou deux.

Enfin, je créerais des rapports hebdomadaires pour suivre la durée de votre cycle de test. Chaque dimanche, par exemple, auditez le test que vous avez effectué la semaine précédente et rapportez ce que vous avez appris et comment vous pouvez rendre les tests ultérieurs «moins chers». Ensuite, choisissez ce que vous testerez la semaine suivante. Vous devez aller vers la vérité et vous éloigner de la croyance.

En 2020, nous avons besoin de vous pour démarrer une entreprise. La façon de le faire avec succès et de réduire le risque perçu est de se concentrer d’abord sur le processus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles